L’avis de Benjamin un Québécois en stage à l’Ecole d’ingénieurs CESI

Dans le cadre d’un partenariat avec l’École de Technologie Supérieure de Montréal et l’École d’ingénieurs CESI, Benjamin a passé 6 mois dans le centre de Rouen et dans l’entreprise John Crane France, spécialisée dans les éoliennes en mer. Voici un compte-rendu  et son avis concernant son expérience dans notre école et de son stage publié sur Substance, le site d’actualité scientifique et d’innovation de l’ÉTS.

Le parcours de Benjamin au Québec

Benjamin a obtenu un DEC en sciences de la nature du Cégep de Chicoutimi avant de poursuivre sur un bac au Département de génie mécanique de l’ÉTS. Son témoignage parle de son troisième stage, qu’il a effectué en Normandie, chez John Crane France. Dans l’avenir, Benjamin se voit bien entrepreneur.

Le cours suivi au CESI et son avis

« J’ai participé au projet « Usine du futur » qui consiste à faire l’évaluation de l’état de santé d’une usine et de suggérer des actions pour l’améliorer et y instaurer une production à valeur ajoutée (Lean manufacturing).

En équipe de cinq, nous devions lire les documents fournis et remettre les travaux demandés tout en se consultant. Un tuteur nous aidait à démarrer et par la suite, nous rencontrait à plusieurs reprises pour répondre à nos questions.  A mon avis, cette méthode a l’avantage de développer l’autonomie et la débrouillardise.»

Le stage chez John Crane France

« J’ai beaucoup aimé mon expérience chez John Crane France. Mon projet consistait à concevoir une gamme d’accouplements, pouvant être embrayés et débrayés automatiquement, pour des éoliennes en mer. Ma première tâche a été de rédiger un cahier des charges pour bien définir le problème et les objectifs du projet, d’analyser les solutions existantes sur le marché, de trouver des pistes de solutions, et de déterminer les livrables et attentes.

La solution retenue a été l’utilisation de multiples plaques de friction. Plusieurs facteurs de design devaient être pris en considération en même temps : le matériau de friction, la dimension des plaques, les types de ressorts pour appliquer la force nécessaire, etc. La difficulté résidait dans la très grande amplitude des couples transmis dans les nouvelles éoliennes en mer.»

L’article de Benjamin

Substance, le site d’actualité scientifique et d’innovation de l’ÉTS publie le parcours de Benjamin en France. Ce site présente des articles vulgarisés qui mettent en avant la recherche en ingénierie et les nouvelles technologies développées tant à l’ÉTS qu’ailleurs dans le monde.

Lire le témoignage complet de Benjamin

 

Suivez l’école d’ingénieurs CESI sur les réseaux sociaux

Facebook ei.CESI

Twitter  ei.CESI